USA

Petite histoire du whiskey américain: La distillation a été introduite en Amérique par les premiers colons d’Europe qui y avaient débarqué à la découverte du nouveau monde au 15ième et 16ième siècle. Ainsi l’arrivée massive d’Ecossais et d’Irlandais marquait le point de départ de l’histoire du whisk(e)y américain. Mais pour un bon whisky, un single malt, il faut de l’orge. Et là ça coince. De l’orge, il n’y en avait pas en Amérique. Les colons en sèment mais les récoltes ne sont pas très porteuses. Le maïs, était par contre beaucoup plus prometteur. Des mélanges intéressants avec le seigle, le froment et le peu d’orge virent le jour. Les conséquences de l’application de la taxe sur l’alcool afin de financer la guerre d’indépendance contre l’empire anglais de 1775 à 1783 poussèrent les colons à immigrer un peu plus à la conquête de l’ouest, en direction des états du Kentucky et du Tennessee. Les tonneaux de whisky en provenance de la région de Bourbon (Kentucky) se distinguèrent par leur qualité et très rapidement cette dénomination fût reconnue dans tout le pays. La transition des petites distilleries rurales vers des distilleries de whisky plus professionnelles eut lieu vers la fin du 18ième siècle, lors du début de la révolution industrielle. Des personnages comme James Crow de la distillerie Old Oscar Pepper et la famille Beams entrèrent en scène. Les alambics à colonnes remplacèrent peu à peu les alambics traditionnels et une production industrielle fut mise sur pied pour atteindre une production optimale aux alentours du début du 20ième siècle. Mais à partir de 1915, de plus en plus d’états sont mis à sec par différents mouvements puritains et finalement la prohibition nationale est décrétée en 1919. Des milliers d’hectolitres de Whiskey furent détruits, vidés sur la rue, dans les égouts, déversés dans les fleuves. Les alambics des distilleries furent démontés. Rares étaient les distilleries qui restèrent en fonctionnement. Mais le malheur des uns fit bien entendu le bonheur des autres. La fin des distilleries américaines entraîna un développement considérable des distilleries d’autres pays comme le Canada et l’Ecosse. Et cette prohibition est certainement la raison pour laquelle le Scotch écossais est resté jusqu’à ce jour le leader qualitatif au niveau mondial. La contrebande connut ses plus beaux moments. Les canadiens fournissaient le nord des Etats-Unis avec leur whisky de seigle. La Côte Est était sous le contrôle des contrebandiers hollandais. La Floride et le sud du pays étaient fournis par les bateaux en provenance des Caraïbes. Impossible pour le gouvernement américain de contrôler toutes les frontières et toutes les côtes de son pays. Les historiens sont unanimes, jamais l’Amérique n’a bu autant de whisky que pendant la prohibition qui fût un échec total. En 1933, les Etat Unis d’Amérique décidèrent finalement d’annuler la loi sur la prohibition par le 21ième amendement. En prenant en compte la période de la prohibition, la fin de la 1ère et la 2ième guerre mondiale, l’américain a perdu 30 ans d’histoire de son whiskey qui était devenu un étranger dans son propre pays. Peu à peu le rye (seigle) revint et l’industrie du bourbon retrouva une phase de créativité bouillonnante. Mais il a fallu des années… La victoire de la seconde guerre mondiale apporta également le whiskey américain, et en particulier le Bourbon en Europe. Il retrouva la dynamique de sa jeunesse et un nombre croissant d’amateurs grâce à ses parfums marqués de vanille et de chêne.

There are 107 products.

Showing 1-24 of 107 item(s)

Active filters